L'ENTRAIDE LORS D'UN DEUIL
#1
Auparavant, la famille, les amis ainsi que les membres d'une communauté s'investissaient auprès des personnes endeuillées pour leur offrir un soutien concret. Peut-on encore espérer aujourd'hui que l'entraide ait sa place lors d'une épreuve ? Vos proches et amis étaient-ils présents pour vous ? De quelle manière vous ont-ils soutenu ? Pendant combien de temps ?
#2
non, le monde a bien changé!!!
Nico était l'aîné d'une famille de 8 enfants, 2 mois après l'annonce de son cancer, il lui restait 1 frère qui venait le voir épisiodiquement!
lorsqu'il s'en est allé, son frère est venu pendant le temps qu'il reposait à la maison, une fois par jour!
les voisins et connaissances, un peu!
après l'enterrement de mon Aimé, le frère en question est venu en tout et pour tout 6 fois sur 9 mois et demi!
non, les gens nous ont déçus pendant la maladie et après encore plus!!!
oui, qd je vois une connaissance, un voisin, ou quelqu'un qui nous connait, rare sont ceux qui écoute ma douleur, non ce que j'entends le plus souvent, la vie continue!!!
il y a déjà autant de temps qu'il n'est plus, tu te plais dans ta douleur!
il y a tant de choses à faire!
que j'ai de la chance que je sais encore me déplacer à pied!
qu'il faut passer à autre chose!
de réflexions pareilles j'en ai eu beaucoup!
9 mois à côté de 41ans passés ensemble, qu'est ce que c'est?
enfin, pour en arriver à dire, que pour mon expérience personnelle, je suis seule avec lui et moi même!
mon fils fait ce qu'il peut, ça je le reconnais, mais, lui non plus n'a pas encore commencé le deuil de son papa, il est impuissant, comme il dit face à ma douleur, il souffre de me voir souffrir comme ça!
mais à part çà, aucune compréhension ou au moins, essayer de m'écouter!
c'est trop demander aux gens à l'heure actuelle!!!
avec le vécu du décès de mon homme, je me demande même si les marques de condoléances sont encore d'actualité!!!
j'espère que les autres personnes du forum qui vivent la même douleur, elles sont aidées et entourrées!
avec toute mon affection,
marie-claire Sais Pas
#3
Bonsoir,
Non malheureusement, c'est à croire que les gens ont peur que le deuil soit contagieux. Les amis et même la famille s'est éloignée.
Même les contacts téléphoniques ont été rares...
Les pires fêtes de Noël se sont passées sans personne... Sob !
Non, pas de vrai soutien, le vrai soutien je l'ai trouvé sur ce forum. Parmi des gens que je ne connaissais pas avant le drame, mais qui par malheur avaient connu des drames similaires.
Voilà pourquoi, je vous serais à jamais reconnaissant Maryse et Michel, vous nous permettez de nous soutenir mutuellement en parlant de nos disparus, et c'est un vrai réconfort... enfin de la chaleur humaine...
Merci encore à vous deux.
Amicalement
Michel Etoile Scintillante
#4
Lorsque mon père vivait ses derniers jours oui il a été entouré
des ses 3 filles, frères et soeurs. Papa étant décédé en Sept.
aux fêtes de fin d année quelques cartes, de rares coups de téléphone.... puis à la fête des pères oups plus personne !!!
Pour Alain, étant donné les km qui nous séparaient, personne
n'a compris mon chagrin, même pas même propres soeurs, les amis... le désert... personne... le néant mis à part ma mère
et quelques amis es du net que je ne connais que virtuellement & je vous en remercierai jamais assez Merci
Les étrangés sont plus compréhensifs que la famille c est fou quand même !!!
#5
Je vais finir par croire que vraiment, je suis, enfin, nous sommes des filles gatées, ma soeur et moi...

Pour le décès de papa, ses amis 'du parti' se sont occupés de toute l'organisation de la cérémonie, ils sont venus visiter maman régulièrement. Ils lui ont offert la valeur d'un salaire pendant 7 mois (7000 F en 1993/1994) avant de lui trouver un emploi à la mairie...
Notre famille s'est un peu resoudée (nous sommes nombreux) quelques tantes sont devenues plus 'humaines'

Pendant la maladie de maman , de suite, ses soeurs se sont investies, ainsi que qq unes de ses amies. Chaque jour, de 9h à 19h30, maman avait qq'un près d'elle. Les week-end nous étaient consacrés (sauf pour la St Valentin et nos anniv ou une tatan venait prendre la relève afin que nous soyions avec les notres...) Les cousines se sont aussi mobilisées.
Depuis son départ, M.Claude, amie de maman , est devenue la 'mamie de coeur' d'Anabelle et notre 'maman adoptive'. Il faut dire qu'elle nous cajole depuis 1985 environ...
Nos tantes sont présentes, mais discrètes. Elles passent régulièrement près de nos parents. Les amies de maman sont restées les notres... sauf une qui a préféré couper les ponts.

Nous avons trouvé du soutien sur ce forum pendant le combat de maman et je ne remercierais jamais assez Laurent de m'avoir conduit jusqu'ici et Lucas et Dadoo de nous avoir mis sur le chemin de leur mamans.
Mes collègues ont été formidables... elles le sont tj autant !
Mais je suis là pour elles comme elles l'ont été pour moi.

Nos liens frère-soeurs sont plus forts que jamais... maman et papa doivent être fiers de leur famille.

Isabelle Papillon Chat Zen Dauphin Etoile Scintillante
#6
Pendant si peu de temps que ce n'est pas quantifiable. Aujourd'hui comme beaucoup de malheur c'est 'la vie', chacun ne regarde pas plus loin que le bout de son nez, en fait il ne faut pas être dérangeant avec des soucis qui ne font que rappeler aux autres ce qu'est la vie. C'est ce que j'ai pu constater à mon grand regret.
Tous les gens qui adoraient Maman ont disparu. Oui la vie est Belle, je l'avais déjà constaté lors de ma maladie.
Et pourtant........ Ange
#7
à vous lire, je dirais : pareil pour moi ! je crois que pendant plus d'un an je n'ai pas pu PARLER de lui : tout simplement parce qu'on ne m'en n'a pas laissé le droit ! il fallait OUBLIER, à tout prix....passer à autre chose, voir devant, se dire qu'il y avait plus malheureux etc....j'en ai entendu des conneries, et j'en ai vécu des moments de désarroi total, sans personne. Le pire, ça a été le boulot, l'indifférence, le temps qui ne passe pas, les minutes, les secondes qui se trainent de l'une à l'autre, sans fin ........mes parents étaient loin, ma mère catastrophée (tt juste si c pas moi qui lui remontait le moral !) mes beaux parents, dans leur douleur, leurs mensonges , leur façon à eux de se protèger, ........Seule ma s½ur a été présente, le plus possible, là au moment de l'évènement, là au téléphone, à m'écouter, tout simplement ÉCOUTER.
et pour le reste, il a fallu faire semblant, tenir, pour les enfants.......
aujourd'hui, c'est encore pire, je crois : entre ceux qui le connaissais lui et qui ne me dise plus bonjour à moi, ceux qui s'imaginent que tout va bien, tous ceux qui m'avaient 'promis' (pour se donner bonne conscience) qu'ils m'aideraient (à tailler les haies, repeindre les volets, rentrer le bois.......ou p-ê tt simplement m'inviter à manger, un jour, un dimanche, à midi ....)que je refais ma vie, mais sa vie on ne la refait pas, on la continue juste.......et ceux là, ils s'imaginent que c facile, que tout est oublié, qu'il n'y a aussi et également aucun problème matériel !!!
non, franchement je trouve que les gens sont bien peu solidaires, qu'ils ont peur, oui qu'ils pensent que ça peut être contagieux, à croire.......
et qu'ils faut pas les déranger avec des histoires vraies.
#8
A prendre connaissance des messages de Nancy, Mecalacool, Moumoun, Vieperdue, je retrouve la plupart des arguments que j'aurais été tentée d'écrire.
Il est vrai que me concernant, la famille, les amis, les voisins ont entouré au maximum maman.
Après son décès, chacun a repris le cours de sa vie.
Pour la famille, je ne nie pas le fait que le deuil de maman ait hanté, habité les coeurs et marqué les esprits - maman était une vieille petite dame discrète, coquette et toujours prête à rendre service.
Elle avait tant d'amour entre nous. Sa porte et son coeur était toujours ouverts.
Serait-ce parce que j'étais la seule qui était la plus proche de son lieu d'hospitalisation, la seule à pouvoir venir la voir et passer chaque après-midi avec elle à l'hôpital mais aussi celle qui prit en pleine figure de la part d'un médecin indélicat l'annonce cruelle de sa maladie et de son espérance de vie de 2 mois. J'étais également la seule pendant des jours à remettre en ordre son appartement en location.
Je pense honnêtement avoir accusé le coup beaucoup plus durement de par mon implication constante.
Il faut dire que maman et moi partagions une telle complicité!
Ce qui m'a surprise et peinée davantage, c'est l'éloignement rapide de cette même famille me disant ces phrases 'coups de poignard' du genre: passe à autre chose.
Au final, le soutien le plus appuyé et fidèle que j'ai pu obtenir venait des amis, des voisins, des collègues... et même si à première vue, cela semble un contact virtuel, le soutien le plus précieux est venu (et vient encore en temps de déprime)... du site de la Gentiane.
Etoile Souriante Petite Fee Zen Petite Fee Etoile Souriante
Et c'est là que le terme ENTRAIDE prend toute sa signification!
Etoile Souriante Petite Fee Aureole Zen Etoile Scintillante Zen Petite Fee Etoile Triste
Entraide parce que dans la Gentiane, nous sommes tous et toutes confrontés au deuil... et donc à la mort: ce état de fait encombrant devenu tabou dans notre société de consommation et de quête de bonheur immédiat.
Contrairement à ce qui se passait autrefois, la famille n'est plus systématiquement le soutien incontournable de la personne en deuil.
Bien sûr, dans son principe, le site est une source de contact virtuel mais ce qui transparaît c'est la solidarité eu égard à la peine, le partage des ressentis et l'aide morale par une communication faite d'écoute, d'empathie voire d'amitié.
Et ce qui est encore plus surprenant, c'est non seulement le souhait d'exprimer sa peine pour être entendu et consolé mais paradoxalement, ces contacts générent également l'envie, le besoin grandissant d'aider en retour. Quelle belle manière d'assumer l'entraide dans le deuil!
Courrier Bisou Coeur Merci Merci Merci Bisou Coeur Courrier
Merci encore et encore, Maryse et Michel pour tout!
#9
Je suis d'accord avec vous... Même chose pour moi et ma mère... On constate les mêmes comportements... Les promesses d'entraide... On nous disait...Appelez-nous si vous avez besoin d'aide... La première année, l'aide est venue de certaines personnes, la deuxième année...quelques personnes ont oublié ou trop occupées.... Et maintenant, la troisième année,... ben où sont ces mêmes personnes Sais Pas ... disparues dans la brume... Les appels téléphoniques du début, je crois que ça soulagait la concience de certaines personnes. Maintenant, ces personnes n'appellent plus. Ça démontre la valeur de ces personnes. De plus, il y avait toujours plein de visites chez mes parents....Depuis le suicide de mon père.... Ben, il y a plus personne... même le téléphone ne sonne plus... Je crois que les gens pensent que c'est contagieux... J'ai même eu le commentaire « que nous étions devenues des EX » dans la famille.... Ben la mort est une séparation bien involontaire et non planifier comme un divorce... Je suis d'accord qu'on trouve du soutien sincère auprès des gens inconnus... Merci à toutes et à tous sur la Gentiane. Bisou
#10
Ouf! Quelle question! Pour maman, elle comme nous avons été entourés jusqu'à sa mort. Dès le décès, tout le monde s'est évaporé à part 2 amis indéfectibles. Pour mon amour, oh la la, le soutien est venu massivement mais d'étrangers avec le cour sur la main...des chevalier de Colomb, des gens rencontrés au fumoir de l'Hôpital, des gens d'Entraide deuil et la Gentiane... Pour ce qui est des proches et de la famille.....GROS Zéro! La grand`mère de mon amour avait interdit les visites à l'hopital alors lui est parti sans voir ceux qu'il aimait tant et le matin même elle m'a dit d'arrêter de pleurer et je ne l'ai plus jamais revu, ni elle ou d'autres membres de la famille. Mon petit frère et ma petite soeur sont venus au funérailles 'dignes représentants' de ma famille mais je ne les ai pas revus....Je crois que oui la mort rend mal à l'aise surtout lorsqu'elle arrive d'une maladie soudaine à 36 ans...On m'a même demandé de préciser si c'était une mort naturelle ou un suicide...cette question m'a choquée comme si on cherchait, on hésitait entre la pitié et le jusgement...Finalement, j'ai compris que l'on cherchait des réponses à l'inexplicable, l'injustifiable...

Alors oui, cela se vit seul et je crois que la souffrance est si vive qu'il serait peut-ête trop lourd ou indécent de la partager avec des gens 'proches'. Il est peut-être plus facile de cheminer avec des étrangers qui ont vécu eux aussi l'inqualifiable souffrance et qui donc n'ont pas peur de la regarder en face avec nous...Ensemble on ne peut que s'aider et aller mieux tandis que pour les autres nous somme l'image vivante de ce que plusieurs se refusent de voir, le rappel de leurs craintes face à la mort....
  


Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet :
1 visiteur(s)