LE RITUEL DE DÉPART
#11
Nous on n'a pas eu un rituel enfin en meme temps c'était le premier décès dans ma famille.

Puisque Bibi est décédé à Poitiers, on a dû le faire rapatrier jusque chez nous dans l'essonne. La première chose avant ce rapatriement, nous l'avons accompagner jusqu'à son dernier souffle très dur psychologiquement mais apaisant malgré tout...Il était entouré des vrais gens qui l'aimaient sincèrement.

Le lendemain donc, il fut rapatrier c'était un jeudi. Son enterrement a eu lieu le mardi suivant. Tous les jours avant le jour fatidique, nous sommes restés avec lui, autour de lui. Il était si beau ( belle organisation, belle gentillesse de la part des pompes funèbres). Rester tous les 5 fut le rituel, j'ai envie de dire.
Ensuite est venu le rituel de l'église avec la chanson que j'avais choisi (amel bent ne retiens pas tes larmes), que mon père avait choisi (sydney bechet petite fleur) et que ma mere avait choisi (adagio d'albinoni).
Rnsuite après l'enterrement, avec les personnes présentes nous sommes allés chez Bibi. Le jardin le dernier endroit et depuis on dit que c'est chez lui.

Voilà je vous ai plus expliqué le deroulement de l'enterrement. Depuis cela, ma mère va au cimetière tous les jours, c'est ca SON RITUEL!!!!!!

Bibi je t'aime
#12
Le rituel, si on peut appeler cela comme ça, pour ma fille, ce n'est pas moi qui lai choisit mais ma fille aînée, le compagnon de Virginie et ses meilleurs amies. Quand en pleurs, Ma Grande m'a dit 'Maman nous avons tous parlé ensemble hier soir,Virginie avait horreur des cimetières, elle n'aimait pas cette ville. Il faut la faire incinérer et répandre ses cendres là bas, dans les Alpes de Hte Provence et sur la montagne d'où elle aimait tant s'envoler en parapente'bien sur je pleurais tellement mais en même temps j'ai ressenti un énorme soulagement, je sentais que c'était ce qu'elle aurait souhaité même si jamais nous n'avions évoqué cela. Comment d'ailleurs aurions nous pu le faire, on ne parle pas de la mort avec son enfant de 29 ans.
Tout a été fait selon le choix que nous avons décidé, et quand mon gendre a fait ce vol de parapente avec le moniteur, qu'il a ouvert l'Urne et que nous avons vu un tout petit petit nuage descendre sur la montagne, malgré notre chagrin avec ma fille aînée, nous nous sentions en harmonie avec elle. Elle nous a d'ailleurs fait un petit signe: ' 3 planeurs volaient au-dessus de nos têtes(il n'ont pas le droit de venir là, et après renseignements, il n'y avait pas de vol ce jour là!') alors comment ne pas croire qu'il existe une autre vie de l'autre côté du chemin,
Christiane Petite Fee Petite Fee Petite Fee Petite Fee Petite Fee Petite Fee Petite Fee Coeur Battant Coeur Battant Coeur Battant Coeur Battant Coeur Battant Coeur Battant
#13
oh la la si vous saviez comme vous me faites du bien!!!! Mo qui me débat avec la tristesse de ne pas avoir pu respecter ses souhaits, je vous lis et je ne me sens plus seule. J'arrive à accepter un peu plus les circonstances et l'impuissance qui en a résulté pour moi. Mais surtout j'y découvre de belles façons d'avancer malgré tout. Je vous en remercie profondément. Bonne journée à tous Annie
#14
Dans ma famille il ne fallait pas parlé de la mort c'était un sujet tabou alors j'ai su à la dernière minute ce que ma mère désirait malgré le testament. Ma mère ne voulait pas de cérémonie, être exposée seulement incinéré, elle répétait sans cesse ce n'est pas quand tu es mort que c'est le moment que les gens se voient c'est quand nous sommes vivant. Elle a passé une semaine aux soins palliatifs et son état c'est détérioré rapidement. Ma soeur et moi téléphonaient toute la famille pour le mentionné que s'ils désiraient la voir c'était maintenant aussi non il serait trop tard pour qu'ils puissent lui faire leurs adieux. Puis les gens n'ont pas compris. Donc à son décès les aidants aux soins palliatifs étaient au courant de la situation alors ils l'ont préparé pour nous. Nous avons effectué encore des téléphones mais sans succès....je suis resté 4 heures avec elle puis par la suite il fallait que je parte car il fallait qu'il amène le corps pour libérer la chambre pour un autre patient. Ils ont été merveilleux avec ma soeur et moi et bien sûr avec ma mère. Le lendemain j'étais au salon funéraire pour effectuer les procédures pour l'incinération. On dirait que j'étais dans un twilight zone et que j'y suis encore, car qu'étant donné qu'il n'y a pas eu de recueillement avec toute la famille le rituel de départ qu'on se serre dans ses bras qu'on se console qu'on pleure je n'arrive pas à commencer mon rituel de départ.
#15
Isa,
pour le rituel, tu n'as rien à te repprocher, car tu as fait le nécessaire auprès de la famille, et ils n'ont pas entendu ou pas voulu entendre ton appel!
le principal est que ta soeur et toi, avez accompagné ta maman!
tu sais pour être serrée par 'obligation' par de la famille qui n'a pas entendu ton appel, il vaut mieux pas, tu n'as pas de regrets à avoir!
Nico était l'aîné d'une famille de 8 enfants, un mois après le début de sa maladie, il lui restait en tout et pour tout un frère, pendant 17 mois à part ce frère, personne, alors, il ne voulait personne, si on ne vient pas de mon vivant, pas la peine à ma mort!
mon fils, mes petits enfants et moi, nous nous sommes tenus
la main de la main!
les autres membres de la famille n'étaient pas là, et c'est très bien ainsi, ds la nécrologie, je mettais: selon la volonté du défunt, pas de visite, pas de fleurs, et je demandais que l'on respecte sa demande, chose faite!
il faut s'entourrer de gens sincères, pas de sourds, dans ces moments là!
excuse moi d'être dure, mais n'aie pas de regrets
avec toute mon affection,
marie-claire Etoile Scintillante Etoile Scintillante Etoile Scintillante
#16
Bonjour,

Le départ de mon mari a été brutal, infarctus massif. Il n'avait jamais évoqué une direction précise alors que moi je le faisais, il n'aimait pas, je pense qu'il avait peur. Ce n'était donc pas évident, nous avons cependant assisté à plusieurs enterrements et il lui venait quelques fois des phrases : si un jour c'est moi, pas de tralala, le plus simple, ou ne me mets pas tous ces trucs à poussières sur la tombe, ne fais pas venir 'les pleureuses' etc. Quand la famille de mon mari est arrivée, j'ai entendu : bon on va prévoir ceci, cela comme dans le Nord ! (à la tienne, à la mienne et on parle du défunt) j'ai dis non, nous avons 2 filles en bas age, ce sera comme ceci et comme cela, c'est moi qui vivais avec et je m'approche le plus possible de ce qu'il souhaiterait. ça n'a pas été apprécié, bien sur ne jamais nous parler de lui nous a terriblement manquées. La première entreprise de Pompes funèbres a été odieuse, -elle voulait mettre le corps en chambre alors que nous étions en maison en octobre, décès naturel etc,- elle allait en long en large dans le salon et me demandait de signé le contrat ! je l'ai donc sortie ; la seconde a été d'une exceptionnelle humanité à tous les points de vue, mieux que certains proches de la famille. C'est extrêmement important pour traverser cette douloureuse épreuve.
Le cerceuil, tout comme le caveau sont d'une êxtrême sobriété, sans plaque ajoutée, vase ou autre. uniquement fleuri naturellement ou alors rien comme 'son petit jardin'. Grosse Fleur
#17
Le rituel...
ouais, ça me fait réfléchir.
On me disait aux soins palliatifs de faire les arrangements. Malgré que mon mari était malade depuis longtemps, jamais nous avons fait d'arrangements. J'avoue que j'ai trouvé cela très difficile. J'avais l'impression de le trahir ou d'accélérer son processus!!! ohlala...
J'ai donc choisi au mieux et surtout au plus simple. Je savais que Richi voulait être incinéré et qu'il n'était pas pratiquant.
Donc, j'ai choisi l'incinération et 2 blocs de 3 heures au salon. Je voulais aussi qu'il se fasse enterrer à côté de son père et grand-pere, de ça il m'avait déjà parlé. Ou encore que je garde les cendres et que je les disperse sur le grand terrain que nous avons et dans la rivière sur le terrain.
Quelques heures avant sa mort, la fille de mon mari est arrivée: cette fille je ne l'avais jamais vue, ensuite ça a été son fils que je n'avais jamais vu non plus. Ils n'avaient pas été en contact avec leur père depuis sa maladie. Ils sont venus 'gros Jean par devant' et ce sont imposés dans la chambre de mon mari. Il y a même eu des prises de becs car ils voulaient être tout le temps avec lui sans me laisser de temps seule avec lui....j'ai trouvé cela irrespectueux et sans classe!!!! que faisaient-ils là eux!!! D'o¸u arrivaient-ils??? J'ai trouvé cela très pénible à vivre! J'allais et revenais dans la chambre...et la dernière fois que je suis revenue...comme les autres fois je m'en suis appprochée et là je lui ai dit: vas-y mon bel amour, sois à ton tour mon ange gardien....vas-y...il est parti dans mes bras même si son con de fils lui disait de continuer de respirer.' Excusez-moi mais, je ne peux pas repenser à ca sans devenir très irritée : ils m'ont volé mon intimité avec mon amour et je ne peux pas accepter ¸^ca!
Il est d/c/d/ 'a 1:30 heures du matin. Les enfants de mon mari sont partis dès qu<ils ont vu qu<il était dcd. Le lendemain le téléphone sonnait et eux, ils voulaient connaître les dernières volontés de leur père. La fille est venue sans prévenir chez moi, pour LIRE les dernières volontés de son père. Je lui ai demandé pourquoi: Parce que je ne vous connais pas et que je suis persuadée que vous ne respecterez pas les dernières volontés de mon père!. Tu parles!!!! Faut être drôlement baveux non?Pas de classe!!!
Alors là je suis retournée au salon funéraire et j'ai annulé le 2ième bloc de visite ainsi que l'enterrement. Je ne voulais PAS être en leur compagnie plus que ces 3 heures. Je vous écris et je suis réellement en colère. Je n'en suis pas revenue.
Je leur ai ensuite écrit et leur ai dit que je m'engageais à ne pas leur parler, que j'avais mon deuil à vivre et ma tristesse, en respect pour cela je ne voulais pas leur parler.
Ils ont invité un paquet de gens qui ne parlait plus à Richi, un paquet d'hypocrites qui n'ont cessé de parler contre lui au salon! J,avais tellement hâte que ça finisse. Même que l'ex était sur le balcon du salon et empêchait presque les gens de se rendre jusqu'à l'urne de mon mari!!!! Pleure Bleu
La seule chose que je me sois permis de faire a été d'écrire en parchemin un mot d'adieu à mon goût et qui venait de mon coeur. Quand les 3 heures de visite ont été terminées j'ai demandé que quelqu'un apporte l'urne et je l'ai avec moi. &uml;ca a été ma façon d'être avec mon amour seule avec lui.
Cette prise de possession de l'urne m'a aidée. QUe l'urne soit dans notre maison m'aide aussi. je pense...
J'ai respecté ses dernières volontés qui étaient: fais ce que tu voudras , dispose de mon corps comme tu le veux..
Je crois savoir que les enfants voulaient lire le testament pour savoir si ils étaient héritiers...
Le respect de Richi a été fait.
Voila mon amour,
E Bisou Coeur Bisou Coeur xcuse-moi d'avoir revécu ça mais, ça m'aide je crois d'être venu écrire cela.
Merci à vous, et je m'excuse pour la longueur.
#18
Muna,

Richi doit être bien faire de toi. Ta colère est aussi ta force !
Tu as fait ce qu'il t'as demandé. Tu dois encore prendre soin de toi maintenant .
Même si les derniers moments sont toujours douloureux, cela fait du bien de se les remémorer.
Nous sommes là si tu as besoin,

Une douce pensée pour ton amoureux du ciel
Isabelle
#19
j'ai pris mon temps pour enfin lui dire au revoir, car lorsque l'on perd un enfant par accident, on n'a pas le temps de se dire au revoir.
tout s'est enchaîné si vite : l'hopital, l'opération, le maintient en vie artificiel et la décision du don d'organes, l'annonce de sa mort... ce dont je suis le plus fière c'est que j'ai pu lui dire au revoir à l'église, faire participer toute la famille, ses jeunes amis au rituel ... traumatisés et si jeunes, ils avaient besoin aussi d'y participer. Alors grâce à 2 diacres nous avont pu aménager cette messe si je puis m'exprimer ainsi. Coccinelle
#20
Aller voir maman à l'hôpital tous les jours. Lui apporter des fleurs, écouter des morceaux de musique avec elle, lui faire boire le peu qu'elle pouvait boire dans les tasses à thé de sa propre maman, lui montrer des photos, prier discrétement assise au bord de son lit, l'aider à manger les quelques cuilleres de nourriture, l'écouter me parler de ses souvenirs, la veiller les dernières nuits, lui caresser la tête, lui parler doucement, la voir rendre son dernier soupir.
Et puis...
Le plus émouvant souvenir: la mise en bière très digne avec tous les membres de la famille, enfants y compris, un peu de rouge à lèvres pour elle, très discrètement en guise de dernière petite coquetterie. Des dessins déposés, des mots d'adieu, une fleur.
Tout semblait avoir été fait... sauf, que je n'ai jamais été capable d'évoquer sa fin prochaine - mutisme total... là, ce fut le silence du fait duquel j'ai des remords à jamais.
Larmes Bleues
  


Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet :
1 visiteur(s)