LA DISPERSION DES CENDRES
#1
Que ce soit par choix personnel ou par respect des volontés du défunt, la dispersion des cendres devient une pratique de plus en plus fréquente.
Si vous avez vécu l'expérience, comment l'événement s'est-il déroulé ? Si c'était à refaire, que feriez-vous ? En tant que personne endeuillée, y avez-vous trouvé un sens réconfortant ? Vous sentez-vous privé d'un lieu de sépulture ?
#2
pour l'instant je n'ai pas été confronté à ce problème, mais mon papa souhaite être incinéré plus tard et la question se posera et je pense que j'aimerais qu'elles soient dispersées....
#3
Mes parents sont enterrés ensembles et j'aime avoir un lieu pour me recueillir.
Mon amie Claude a été incinérée... ses cendres dispersées dans les bois où elle aimait aller. Je trouve que ceci est une belle preuve d'amour de la part de sa famille.... mais un terrible manque pour moi au début de son décès. Maintenant, j'ai une pensée pour elle particulière qd je suis près de mes parents.

Ma famille sait que s'il m'arrive quelque chose maintenant, je veux aussi être incinérée et posée sur mes parents. Si cela arrive dans de nombreuses années, je veux être bien sur avec mon 'essentiel'

Isabelle
#4
pour moi j ai besoin d un endroit ou me recueillir.dans le cimetiere ou est mon mari depuis peu il y a un endroit ou sont mit les cendres un carre de galets avec une grille dessous cela me donne des frissons jardin des souvenirs .pour moi cela n aurait pas ete pensable pour mon mari j ai besoin de le savoir dans .mais je ne pause pas de questions ..sinon chacun fait pour le mieux mais je pense que des fois les volontées doivent etre dures a respecter Petite Fee Etoile Scintillante Petite Fee Etoile Scintillante Petite Fee Etoile Scintillante
#5
bernard a été incinéré selon son souhait
par contre ses cendres sont dans une petite tombe que j'ai achetée et je crois que d'avoir cet endroit où il repose me permet de venir quelque part et de lui parler ainsi qu'à ses proches.

pourtant je suis intimement persuadée qu'il n'est plus là et chaque jour qui passe je lui parle, je pense à lui et pour moi le lieu n'est pas le plus important
quand aux cendres , j'aurai aimé les disperser et il y avait plein d'endroits où il aurait aimé être mais je pense que son souhait aurait été d'être dans un endroit où l'on puisse venir se recueillir.
Christiane
#6
Le 8 décembre dernier, nous avons plaisanté avec ce sujet, sans imaginer un instant que notre mari et père, nous quitterait le lendemain! En effet, mon mari, Nico, a demandé à notre fils de lui acheter un olivier, et de disperser ses cendres au pied! Trouver un olivier en décembre, n'a pas été facile! Mais oui, on l'a trouvé! Mon fils a commencé la construction de sa nouvelle maison hier, il m'avait demandé d'attendre pour la dispersion, si on pourrait le faire lors de son enménagement dans sa maison, pour ne pas laisser son papa tout seul chez nous le jour où à mon tour je partirai, j'ai accepté et lui ai demandé de faire la même chose avec mes cendres. Etoile Scintillante
#7
Le choix de l'incinération et de la dispersion des cendres de Jonathan, c'est imposée comme une évidence. Pourtant jamais nous n'aurions pu imaginer que notre fils allait nous quitter à l'âge de 20 ans.
Ce choix lui correspond tellement...
Pour résumer le réconfort que nous y avons trouver, je vais reproduire ici la déclaration spontanée de son petit frère de 10 ans au moment de la dispersion : 'Tu vois, après cinq jours, enfermé dans cette boîte, c'est pas trop tôt qu'on lui rende sa liberté à Jonathan.'
Alors bien sûr certains peuvent se sentir privé d'un lieu de sépulture, mais lorsque l'on voit le peu de visite dans les cimetières, je me dis que c'est pas grave. Ceux qui sont vraiment gêner par cette absence de sépulture, peuvent toujours se recueillir sur le lieu de dispersion, ou se servir du blog que j'administre en hommage à Jonathan.
D'autres parts, déjà au lendemain du décès lorsque nous sommes revenu dans la chambre funéraire, le corps était là bien sûr, et il était beau (je remercie ici, le magnifique travail de thanatologie réalisé par les employés des pompes funèbres) mais son esprit avait déjà bien quitté ce corps. Ce n'était déjà plus vraiment lui. L'attachement au corps est un sentiment humain, et j'ai tenu à embrasser ce corps jusqu'au cinquième jour, jusqu'à la mise en bière, mais vouloir garder la dépouille, ne me semble pas si important. Le principal est de pouvoir se recueillir en communion avec lui.
Je préfère et de loin, le savoir libre dans le site naturel qu'il préférait et qui lui correspond pleinement, plutôt que de l'imaginer enfermé dans une boîte à 06 pieds sous terre.
Alors non, nous ne regrettons rien, et si c'était malheureusement à refaire nous referions le même choix.
En espérant que notre avis fera avancer le débat sur ce sujet.
En pensée, avec notre ange partit bien trop tôt.
Amicalement
Michel Etoile Scintillante
#8
Mon conjoint a été incinéré selon le choix de ma fille et de moi-même et nous croyons que c'était aussi le désir de mon conjoint quoique nous n'en n'avions vraiment jamais discuté. Ces cendres ont été dispersées dans le lac où nous possédions un chalet que j'ai toujours d'ailleurs et que je fréquente toutes les semaines durant la saison estivale et même cet hiver j'y suis allée pour pratiquer la raquette.

Je ne regrette pas d'avoir disposer de ces cendres de cette façon puisque régulièrement mon époux disait que ce chalet situé près d'un lac était vraiment comme un petit paradis, alors cela allait de soi qu'il devait être dans son paradis. De plus je n'aime pas les cimetières, alors quand je suis au chalet, mon mari y est avec moi.

Coeur blessé
#9
Mon mari a été incinéré, je garde l'urne encore chez moi. Je ne me résouds pas à m'en séparer :(
#10
moi aussi j'ai l'urne de mon mari, mais moi aussi, je me sens bien avec, je ressens une paix et en même temps, je me sens comme protégée! Etoile Scintillante
  


Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet :
1 visiteur(s)