UN DÉCÈS ATTENDU...
#21
Merci Angelou d'avoir lu l'histoire de Nolann! Une immense pensée à ton Nicolas!

Effectivement, c'était 33 mois d'enfer.... J'étais plongée dans l'impuissance face à la souffrance de mon fils. J'aurais tout fait pour lui prendre sa douleur, pour le soulager.... Mais non, j'étais là, devant mon bébé qui endurait tout... Et je ne pouvais rien faire... Le regarder souffrir, essayer de le rassurer, le consoler, lui offrir tout l'amour qu'une mère peut offrir à son enfant.... Mais que faire contre la maladie qui nous prend tout? Qui détruit petit à petit ce qu'on a de plus cher au monde???? Tellement d'incompréhension et de désespoir aussi comme tu dis Angelou.... De la colère, de la peur, de l'angoisse à n'en plus finir après chaque bilan, chaque examen, chaque passage des médecins... L'angoisse d'une mauvaise nouvelle.... Et malheureusement en octobre celle que je redoutais tant est arrivée.... C'était pire qu'un cauchemar, 3 ans plus tard j'y pense encore constamment, ça me hante jour et nuit.... Parce qu'on ne se prépare pas au décès de son enfant.... Comment s'y préparer? Comment accepter l'inacceptable???? C'est vrai, au moins j'ai pu lui dire au revoir, lui dire que je l'aime à l'infini et pour toujours, lui dire tout ce que j avais sur le c?ur.... Mais j'aurais tout donné pour qu'il ne souffre pas, pour qu'il n'ait pas dû lutter contre la maladie pendant 33 mois....
A la fin il souffrait tellement que je priais pour qu'il s'envole.... Donc pendant ce temps, je ne pouvais pas me préparer à son départ mais plutôt souffrir de le voir souffrir.....

Que ce soit brutal ou "préparé", c'est l'horreur, on ne se prépare pas à la mort de son enfant. Par contre c'est vrai que pour mes parents, c'était un peu différent. Mon père est parti quelques mois après Nolann suite à un AVC, c'était inattendu, même s'il est pas décédé immédiatement. Ma maman par contre est partie en mai 2012 d'un cancer et la c'était plutôt préparé et c'est vrai que ça m'a sûrement plus aidée dans mon deuil.... Mais quand c'est son enfant c'est différent....
Une immense pensée pour nos anges d'amour.

Émilie mamange de Nolann 6 ans 1/2
#22
Je vis présentement le deuil de mon époux décédé en août 2013 après un combat de plus d'un an contre le cancer du poumon que l'on savait non guérissable. Des deuils nous en avons fait pendant toute cette année de maladie, arrêt de travail, arrêt de conduire, arrêt de faire l'amour, arrêt de sortir, arrêt de se lever, arrêt de manger pour finalement arrêter de respirer. Mais, pendant toute cette année notre amour a grandit énormément et lors de son départ qui m'a quand même arraché le c?ur, j'étais sereine car je sais que je lui ai tout dit, que je n'ai aucune reproche à me faire et surtout qu'il est beaucoup mieux maintenant loin de la souffrance. Il est parti entouré de plein d'amour par toute sa famille. Auparavant, j'ai perdu mon père d'une crise cardiaque un vendredi soir alors qu'il était en train de souper et ce sans aucun signes annonciateurs. Ce fut l'effet d'une bombe atomique et on a dû faire le deuil de tout en même temps, on se faisait plein de reproches. Par contre, pour mon mari j'étais déjà épuisée par toutes les nuits à l'hôpital, par tout le stress de la dernière année alors que pour mon père nous étions plus en forme physiquement. Mais l'absence, le vide immense, la peine infinie reste les mêmes et je crois personnellement que la traversée du désert est aussi difficile dans un cas comme dans l'autre....
#23
Sa mort était attendue, cette femme si droite, si dynamique, si joyeuse. Je ne savais comment la mort viendrais, mais nous en avions parlé, nous avons pleuré ensemble. J'ai eu la chance de l'avoir accompagné et elle m'a tellement choyée par le besoin qu'elle avait de moi. Je me suis sentie utile, nécessaire, j'ai sentie que je pouvais la réconforter.
Aujourd'hui, ça fait 17 jours que tu es partie. Je pleure oui, mais je ne me sens pas désemparée, tu ne pouvais plus continuer, tu étais prête. Tes amies m'aident, une de tes s?urs comme je t'ai dit peux avant te mort a été très précieuse pour moi, mes amis, ma famille m'aide. Le soir, je lis un livre d'enfant sur la mort et je pleure. Merci pour ce site c'est vraiment une bonne idée. À plus tard.
#24
Mon conjoint est décédé d?un cancer il y a 2 mois. Nous savions depuis un peu moins d?un an que ça arriverait car le médecin lui avait donné un an environ à vivre.Nous voulions profiter de cette année, la seule qui nous restait, nous la voulions une des plus belles. Pendant cette année, nous avons dû faire des tas de petits deuils qui faisaient aussi mal les uns que les autres. La vie change complètement, petit à petit, moins de sorties, on fait l?amour de moins en moins, moins de projet, tout diminue sauf l?amour entre nous deux. Au contraire, l,amour augmente. Après son départ, la douleur est aussi grande, on se sent aussi désemparée et on ne voit même plus comment en sortir...
  


Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet :
1 visiteur(s)