LES IMPACTS SUR VOS RELATIONS
#1
Le deuil est une épreuve qui a de multiples impacts sur le quotidien des personnes endeuillées. Outre la mort de l'être cher, plusieurs autres pertes surviennent à un moment où le besoin de conserver ses repères est pourtant criant. Ainsi, il peut arriver que des membres de notre entourage perdent graduellement la place qu'ils occupaient dans nos vies et ce, pour différentes raisons. Avez-vous eu le sentiment d'avoir été abandonné par certains ? Y a-t-il des parents ou des amis que vous avez perdu et dont vous déplorez l'absence ? En avez-vous profité pour faire le tri des amis que vous souhaitiez conserver ou des liens que vous vouliez briser ?
#2
côté amis, personnellement non je ne crois pas...seul mon ami d'enfance et une très bonne amie ont su pour les décès des miens, les autres ne connaissent pas ma vie, car chacun porte sa croix...et je préfère garder la mienne pour moi...

côté famille oui, j'ai été blessée par certaines personnes proches (tante et cousine) par rapport au choix que j'ai fais de ne pas assister à l'enterrement de mon grand-père...choix difficile qu'elles n'ont pas accepté ça je le savais mais j'espérais juste qu'il serait au moins respecté...
mais non...j'ai été considérée comme une incapable égoïste qui devrait se faire soigner (pour utiliser des termes corrects)...et j'en passe des pires....alors un matin où on triait ses affaires, une goutte d'eau de trop m'a fait claquer la porte et couper les pont avec elles avec la fermes décisions de ne plus me faire' emmerder' par des gens qui n'en valent pas la peine...2 ans se sont écoulés ma tante a essayé de recontacter toute mielleuse...mais elle a la mémoire courte....moi je n'ai aucune envie de la revoir, aucune nouvelles de ma cousine, tant pis, c'est pas a moi de faire des excuses!!

le lien était déjà fragile mais là il s'est brisé...et peut-être définitivement...ça ne me gêne pas...et en plus, je suis rancunière!!
#3
Oui, Maryse et Michel,
un excellent sujet de partage !
Effectivement, le deuil sans nous 'permettre' de faire un tri dans notre entourage proche, nous impose d'autres pertes qui mises bout à bout, créent un véritable isolement dans notre douleur. Précisément au moment où nous aurions au contraire bien besoin d'être entouré et soutenu.
Nous avons vécu cela comme si notre malheur était véritablement contagieux. A un point, que le premier Noël sans Jonathan a été un véritable isolement. Comment dire : comme une quarantaine....
Bien sûr impossible pour nous d'en vouloir véritablement à notre entourage. Même cela, ne pouvait être pire que arrachement que nous ressentions dans ces instant.
Personne n'a osé venir nous voir ou prendre contact avec nous !
Mon interprétation de cette mise en quarantaine, c'est que tout comme nous, notre entourage n'était pas près, à la disparition subite de Joe.
Et personne n'a su quoi nous dire, ou trouver de quelle façon ils auraient pu re-prendre contact avec nous.
C'était certainement pour eux une mission impossible. C'est vrai, tout de même, que sur le moment, nous avons trouvé cela très injuste.
Mais avec le recul, je ne tiens aucune rigueur pour aucun et aucune d'entre eux.
D'où l'importance énorme que votre site a eu pour moi, dans ces instants, c'était le seul vrai contact, le seul vrai lien, 'même si virtuel' avec d'autres personnes, et pas n'importe quelles personnes, des personnes en deuil, qui ressentaient et comprenaient notre situation.
J'ai trouvé sur votre site, de belles personnes qui ont été un véritable soutien essentiel, dans les moments les plus difficiles de ce deuil atroce.
Je dois précisé que depuis, quelques unes de ces personnes de notre entourage ont finis par reprendre contact, même si ce fût surtout de notre initiative, certains ont osé revenir vers nous en nous expliquant qu'ils ne pouvaient pas. Qu'ils avaient ressentis cette démarche comme insurmontable.
Avec mon épouse, nous avons décidé, pour favoriser le contact avec ceux qui n'ont toujours pas repris contact, (et oui plus de deux ans après le drame, beaucoup n'ont toujours pas osé) d'organiser un immense barbecue, avec pour prétexte une 'pendaison de crémaillère' de reprendre nous même contact avec eux.
Nous sommes à présent persuadés que c'est à nous de prendre l'initiative, et de les solliciter, afin qu'ils comprennent plus facilement que ce deuil qui nous a été malheureusement imposé, n'est pas contagieux, et que nous avons la force de parler d'autres choses, que nous ne sommes pas obligés de se retrouver pour pleurer.
Il ne nous reste plus qu'à trouver une date qui puisse permettre au maximum de monde d'être disponible.
Si vous le voulez, je vous parlerais de la réalisation ce cette journée barbecue, à titre de de compte rendu dans cette difficile reprise de contact.
Peut être, que l'on pourrait, chercher à faire savoir à quel point, cet isolement est véritablement difficile, et qu'il est nécessaire pour les proches d'oser venir vers les personnes endeuillées. Pas forcément pour parler du drame, mais simplement à titre de soutien, en parlant peut être d'autre choses, pourvu que ce soit, une reprise de contact.
Voilà je pense avoir fait le tour de ce phénomène de mise à l'écart.
Mais j'ai hâte de lire les autres réactions des belles personnes de ce superbe site.
Encore une fois, merci à vous, Maryse et Michel, de nous permettre de communiquer et de se soutenir mutuellement.
Je ne saurais comment vous faire sentir à quel point, votre existence à soulagé la mienne, dans ses pires moments.
Soyez en remercié, ma reconnaissance n'est même pas mesurable.
Amicalement
Michel Etoile Scintillante
#4
Je n'ai eu d'autres choix effectivement de faire du ménage...
J'ai coupé des liens avec certaines personnes de ma famille. Je n'ai pas aimé me faire juger parce que dans la nécrologie de ma fille je n'ai pas mis les noms des membres de la famille de ma mère. C'était pas du tout un roman d'amour que j'écrivais`là!!!Il aurait bien fallu que j'écrive un livre pour sure de ne pas oublier personne!!!

un peu avant le décès de ma mère, une de mes soeurs a coupé les liens qui nous unissaient... ceci me fait très mal mais bon, je ne peux la forcer pour ce qu'elle ne veux pas faire.C'est très dommage car elle nous manque, il manque une partie de notre ''Quatuor''. Maman aurait tellement aimée que nous nous serrions les coudes, que nous vivions notre peine ensemble. J'aurais tellement aimée l'avoir près de moi lorsque ma Jade est partie...la personne merveilleuse qu'elle était avant a disparue.Je garde toujours espoir qu'elle nous revienne. J'ai essayé à maintes reprises de renouer... j'en ai mis de l'eau dans mon vin... ça ne goute vraiment plus rien Oui
#5
Maryse Michel
Pour ma part, je vais vous raconter une histoire dont je ne suis pas très fière.
Quelques mois, avant le déces, de mon Fils, le Fils d'une dame, que je cotoyais qq fois à la sortie de l'école, à perdu la vie dans un accident de voiture 25 ans. J'ai pleuré pendant 2 jours, en imaginant comment on pouvait vivre après un tel drame.
Quelque temps après, j'ai croisé cette dame dans la rue, ne me sentant pas capable de lui parler, j'ai fait semblant de l'ignorer et j'ai changé de trottoir.
Au décès de MICKA, elle est venue à l'enterrement, accompagnée de ses 2 filles et m'a écrit une lettre, m'expliquant qu'elle tenait à être venue car elle connaissait bien ma situation , venant de vivre le décès de son Fils et surtout de rester souder.
Je me sentais d'une culpabilité qui n'a pas de nom, l'horreur,donc je lui ai répondue pour m'excuser , en lui expliquant l'erreur que j'avais commise et pourquoi, et lui proposant de se renconter, elle m'a téléphonée et depuis, j'avoue que l'on se voit régulièrement et que c'est la seule personne de mon entourage avec qui nous pouvons parler de nos 2 enfants car nous nous comprenons
J'ai gardé mes amis, et même retrouvé des amis que j'avais perdus de vue mais avec qui, je retiens mes larmes, car je sens qu'ils n'ont pas envie de vivre avec nous des moments tristes
2 autres couples d'amis, que j'ai vu la semaine dernière, à cause de l'éloignement, en me voyant se sont jetés dans mes bras, en s'excusant de ne pas pouvoir me parler et de m'avoir telephoné très peu, de peur de remuer de mauvais souvenirs, mais qu'ils pensaient à nous très souvent et parlaient de nous très souvent
Même ma famille , qui m'a beaucoup soutenue, pendant le décès, vient juste de m'avouer, que c'est difficle pour eux de m'en parler de peur de rouvrir cette plaie( qui ne se refermera jamais)
Un seul couple d'amis, a été présent +++++ au déces de Mickael et est toujours présent
Je dois avouer, que ce qui m'a le plus aidé, c'est de communiquer sur ce site, là où l'on trouve des personnes qui peuvent nous comprendre et qui nous soutiennent, on n'y trouve même des ami(e)s
J'aurai eu tentance, à dire, aussitôt après le décès:
'Si tu n'es pas là quand je pleure, je n'ai pas besoin de toi quand je ris'
mais je m'aperçois que les choses ne sont pas si simples pour personnes
Je tiens , tout de même, à dire qu'une autre personne habitant pas très loin de la maison, que je ne connais pas, a perdu son Fils,par suicide 20 ans, la semaine dernière, je lui ai écris pour lui proposer mon soutient, car j'ai beaucoup apprécié le soutient de la personne alors que je ne le méritais pas, peut être pour me faire pardonner?
Amicalement
chantal
#6
Chantal je tiens à te dire que tu as eu beaucoup de chance dans ton malheur car tu as de vrais amis pour avoir pu s'excuser de ne pas t'avoir accompagné dans ces moments qui sont terribles pour nous car ce sont pas tous qui peuvent le faire, je trouve que tu as été bien entouré car souvent ce n'est pas le cas, les gens ont peur de la mort et de la souffrance donc se retirent , je ne dis pas qu'il faut leur en vouloir car des fois ce n'est pas facile pour eux de nous soutenir.
pour mon compte j'ai perdu pas mal d'amis c'est vrais, cela m'a perturbé pendant une période puis ensuite j'ai compris, j'ai de nouveaux amis aussi . tout ça pour dire que la souffrance fait énormément peur et que tout le monde n'est pas capable d'aider dans ces moments là
gros bisous
christine
#7
Même si elle est toujours en vie, au décès de notre mère et de ma nièce Jade j'ai perdu une de mes soeur: ça fesait déjà un moment qu'elle n'était plus la même...le pire du pire pour moi a été quand la belle Jade est partie....elle a prétexté que c'était de ma faute et m'a même dit que j'aurais à faire avec les autorités par téléphone et même par deux fois par des message sur internet...ça m'a complétement détruite....,même si au fond je savais que je n'avais rien à y voir....Je me suis tant posé de questions, je ne dormait plus...même les médicaments n'y fesait rien.....j'ai du me faire aider...ma soeur me manquemalgré tout, c'est ça le pire, mais pas la personne qu'elle est devenu, je ne la connais pas celle-là ... Thalia tellement le Coeur grand... malgré tout les débordement de notre soeur...parcequ'elle n'a vraiment pas été ménagé...a tenté plsieurs fois d'arranger les choses...je lui lève mon chapeau, Non parceque moi je ne peux pas demander 'pardon' quand c'est l'autre qui m'a délibérément blessé...je ne pensais jamais qu'un jour les ponts seraient coupés...mais faut savoir se protéger aussi, l'instinct de survie quoi....on continue quand-même a espérer malgré tout...
#8
Merci Maryse et Michel de nous permettre de raconter nos histoires !

Pour ma part, j'ai effectivement dû faire un tout petit tri dans mes amis et ma famille. Je dis 'tout petit' car le tri avait déjà été fait 3 ans auparavant. En mars 2008, on apprenait que mon fils qui venait d'avoir 4 ans avait le cancer (leucémie). Il a dû être hospitalisé très longtemps et très souvent pendant 33 mois. Nous avons passé des moments atroces, des moments qui me font pleurer rien qu'en y repensant tellement mon petit Nolann souffrait. Je passais mes journées à l'hôpital avec lui (pas le droit de dormir avec lui sauf les 2 premières semaines et j'avais également ma fille de 6 ans à la maison.) J'étais perdue, je pleurais tout le temps, j'étais trop loin de mon fils qui devait endurer trop de choses terribles et là, j'ai vu les amis qui étaient présents. Heureusement, je n'ai pas été déçue par beaucoup d'amis, mais inévitablement, il y en a qui ne nous ont pas soutenus du tout. Les vrais amis et la famille ont été géniaux et le sont encore. Ils nous ont tellement entouré, surtout les enfants.... Je ne compte même pas le nombre de fois qu'ils ont passé la journée avec nous à l'hôpital pour que mon fils retrouve le sourire, je ne compte pas le nombre de fois qu'ils se sont occupés de ma fille, qu'ils l'ont prise en vacances, qu'ils ont fait plein d'activités avec pour qu'elle passe du bon temps et s'éloigne de tout cet enfer.....
Je suis très très proche de mes 2 soeurs et également du frère de mon mari. Ils ont tous été très présents pour mes enfants, pour nous....Ils ne nous ont pas abandonné et Nolann aimait tellement quand ils venaient à l'hôpital, surtout avec ses cousin(e)s!!!!! Et puis tous les cadeaux quand mon fils s'embêtait à l'hôpital, surtout en isolement complet (chambre stérile), il n'avait plus le droit aux visites sauf mon mari et moi....Sa soeur a pu venir qu'un petit moment en 2 mois....dur dur!!!!!
Et puis mon mari était obligé de travailler et le soir il venait à l'hôpital, moi je passais la journée à l'hôpital et le soir en général je rentrais pour voir ma fille et passer aussi du temps avec elle, mais pendant tout ce temps ou nous n'étions pas à la maison, c'est en général mes parents qui se sont occupés de ma puce....

Enfin voilà, c'est vrai qu'à part quelques uns, je remercie du fond du coeur nos amis et notre famille pour leur présence, leur dévouement, leur écoute, tout ce qu'ils ont fait pour Nolann pendant 33 mois d'horreur, tout ce qu'ils ont fait pour ma fille pendant cette période très difficile et tout ce qu'ils ont fait pour mon mari et moi afin que nous arrivons à survivre et à continuer le chemin, sans mon petit coeur NOLANN......

Emilie
#9
Merci Maryse & Michel de nous aider à en parler.
Ici, je me sens un peu plus à l'aise faute de pas trop en parler ailleurs que ce forum.

Cela m'a permis de faire du tri mais encore j'en fais.
Ce qui me déçoit c'est certains comportements familliaux qui disent être présent mais au téléphone c'est plus la même chanson comme on dit.(Obligé d'appeller étant à plusieurs heures de route). Je pensais aussi pouvoir compter sur quelques personnes comme mon père mais non du moment qu'il fait sa vie avec sa nouvelle femelle c'est du passé pour lui donc pas de soutien envers sa fille Non .Mes parents ont divorcés quand j'avais 13 ans.Je ne l'ai pas mal vécu au contraire, ils ne s'entendaient plus mais cela n'empêche pas de consoler sa fille non Interrogation .Après les ami(e)s, je pense et toujours pensais ainsi que c'est dans les moments difficiles que l'on s'apperçoit qui sont les vrai(e)s ami(e)s Marguerite .
#10
Bonjour,

Oui bien sur, la famille également. La mort fait peur comme si ça pouvait être contagieux. pour les fêtes pour rire on est là ! pas pous pleurer avec toi.
C'est dur, très dur c'est la réalité de la vie et tellement humain, vivez le temps qu'il est permis de le faire leur répondrai-je, et n'avons nous pas fait de même en d'autre temps ? nous qui ne savions pas........ que le chemin était si douloureuxGrosse Fleur Grosse Fleur
  


Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet :
1 visiteur(s)