LES IMPACTS SUR VOS RELATIONS
#11
pour moi ce qui a vraiment changé c'est mes relations avec les autres. avant j'etais tres famille et tres amis mais aujourd'hui je me passe volontier de certaine personne sans regret ni meme nostalgie. mes enfants me manquent tant que l'absence des autres m'es indifferente. c'est tres dur ce que je dit mais je suis devenue tel que. bcp de presonne ne venait pas me voir en pretextant ne pas savoir quoi me dire apres ces drames.... aujourd'hui j'ai fait le tri et je suis fidele aux personnes qui l'on été pour moi et m'ont aidé moralement.
ce qui compte beaucoup a mes yeux c'est d'etre reuni avec mon mari et ma fille. je profite au maximum de nous 3 car je n'ai plus confiance en l'avenir, je sais que demain tout peut basculer.
#12
Bonsoir,

Moi aussi j'ai fait le tri quand j'ai perdu mon petit Enzo (parti à l'âge de à mois) ma soeur n'est jamais venue le voir, elle ne l'a pas connu et je n'arrive pas à lui pardonner.
Elle est seulement venue bénir le petit corps au funérarium et a écrit je t'aime mon ange, alors qu'elle ne le connaissait pas.
C'est trop dur..
Jocelyne
grand-mère d'Enzo parti le 23/2/2012
merci à vous tous et toutes
Ce sont des mamanges qui ont su m'apporter du réconfort
#13
Moi qui ai perdu mon enfant de 17 ans, mon mari, à mon chagrin immense est venue s'ajouter la perte d'amies mais en fait sachant que c'est dans les épreuves que nous comptons nos vraies amies, pour moi elles ont disparues de ma vie. Je pense que nous perdons beaucoup de relations mais nous en faisons de nouvelles et celles-ci ont de la valeur et de la richesse. Ma vie est évidemment transformée, j'ai fait beaucoup de ménage autour de moi, je suis très seule mais j'ai tellement la tête dans les étoiles que j'y puise ma force. Les gens qui n'ont pas perdu un enfant ne peuvent pas nous comprendre puisqu'elles s'attendent à ce que nous reprenions notre vie d'avant ! Ce sont des personnes égoïstes qui ne veulent pas être dérangées dans leur petite vie bien rangée, elles veulent faire la fête et s'amuser, moi, je n'ai plus envie de faire la fête, je pense qu'à mon enfant et à mon mari, ils me manquent tant et j'ai hâte de les retrouver.
#14
Je suis présentement en deuil de mon mari. Bientôt cela fera deux mois. Je ne peux m'habituer ou réaliser qu'il est vraiment parti. C'est la crise dans mon être.

Les autres... J'ai malheureusement persisté à garder des amies peu réconfortantes; le résultat est désastreux. J'ai coupé les liens. C'est difficile à écrire. Je ne sais comment vivre tout ça. J'ai des animaux. Ce sont eux qui me tiennent en vie. Ils m'obligent à les nourrir, à me discipliner. Le vie me semble impossible. Je fais des efforts à tous les jours pour une prise en main.

Mon amour me manque tellement.

Vous la maman de Nicolas, merci. Je me sens tellement moins seule de vous lire. Sachez aussi que ma fille à couper les ponts avec moi. De ce fait, elle me refuse ma petite fille(+ de deux ans). Depuis le temps un autre est né et je ne l'ai jamais vu, mais au moins ils sont vivants. Si vous avez fait du ménage après cet enfer, je devrais être capable de me redresser. Merci d'avoir partagé votre histoire. Je finirai en vous disant que j'ai justement dit à quelqu'un dernièrement : je ne serai plus jamais la même.... : c'est peut-être une bonne chose.
Bien à vous, rosie
#15
Bonjour Rosie, nos histoires se ressemblent tellement lorsque nous vivons le manque de nos conjoints ou enfants, alors que nous vivons de si grands chagrins et aurions besoin d'une main tendue, nous nous retrouvons bien seule. La douleur et la solitude sont parentes, les proches fuyant notre douleur c'est le réflexe de l'homme sans courage et égoïste donc sans générosité. Pour eux, la peine ne doit avoir qu'un temps, pour moi elle sera éternelle et vous Rosie cela fait seulement 2 mois que votre mari est parti, vous auriez tellement besoin d'être entourée et puis votre fille aussi qui prend de la distance, là je ne comprends pas l'être humain, cette absence d?empathie. Sachez que je suis de tout c?ur avec vous, vous ne serez pas seule, les personnes qui souffrent sont reliées par le c?ur, nous nous comprenons si bien.
Je vous embrasse Rosie et tenez bon, parfois les choses peuvent s'arranger avec la famille, les relations d'avant il faut souvent y mettre un terme mais il y en a d'autres qui vont se créer Rosie et celles-ci dureront, elles se sont construites dans les larmes.

#16
Je viens tout juste de vous lire. J'ai un peu de misère à trouver les messages. C'est un peu comme dans le reste (ici je prendrai le terme de ma grand-mère) «je sème tout!».
C'est patéthique... j'ai tout perdu suite à un mauvais divorce. En 2008 j'ai perdu mon job pour des racontards. Ça ma fait un choc. Je suis tombée en dépression. Dans le même temps, ma fille c'est mariée. Elle a commencé à changer. Me fesait des menaces souvent d'arrêter de me voir. Que j'ai souffert. Une fois elle m'a dit «20 ans!». Elle tient parole cela fait trois ans que je ne l'ai pas vue et la petite, comme elle a dit à ma soeur, «c'est pas une pillule».Demain, après deux ans d'attente j'ai un rendez-vous à l'hôpital pour me faire soigner le moral... J'ai de la peine que claude ne soit pas là. On a attendu ensemble ce rendez-vous.
rosoie
#17
Bonjour Rosie, j'ai de la peine en vous lisant, finalement nous perdons nos enfants, nos conjoints, nous nous retrouvons bien seules, les gens fuient mais dîtes vous que ce n'était pas des gens intéressants, il faut couper les relations avec eux. J'ai fait beaucoup de ménage dans mes relations, déjà que j'en avais pas beaucoup et aujourd'hui je suis seule mais j'ai un caractère qui fait que je support bien ma solitude, je m'occupe beaucoup et je n'ai pas besoin des autres sauf ceux qui ont des petites fenêtres sur le ciel, ceux qui ont souffert comme moi, les autres si matérialistes et superficielles je les laisse à leurs occupations.
Ne perdez pas courage Rosie, vous êtes très fatiguée, vous vivez une situation si difficile avec votre fille, venez en parlez ici sur le site, ne restez pas seule. Je vous embrasse
#18
Lors des derniers jours de ma conjointe, je n'avais pas prévue que je subirais la rage de sa famille. Nos relations étaient polies, mais les dernières rencontres à la maison avaient été belles. Ce fût tellement pénible pour moi, j'en ai tellement pleuré. Au moins cette rage n'a pas été cachée, elle a été à la vue de l'entourage. Il n'y a personne qui peut penser que c'est entre mes deux oreilles. Enfin, je décroche de cette peine. Je me sens soulagé. Tes amies, mes amies m'aident, de nouvelles relations, peux être que c'est toi qui arrange toute cette aide que j'ai de là haut. J'aime bien penser que tu prends soins de moi. Merci pour tout. Moi xx
  


Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet :
1 visiteur(s)