ANNONCER LA MORT AUX ENFANTS
#11
l'annonce du suicide d'un papa à trois enfans, de 18,12 et 8 ans
celà a été ma première interrogation suite à la découverte du corps, au petit matin...
l'ainé a été averti à midi, a la pause dejeuner , il est rentré avec moi à la maison et nous l'avons annoncé ensemble à ses deux frères, après l'école en disant la vérité, papa est mort, il s'est suicidé, il a voulu partir, nous avons pleuré un long moment ensemble
les questions plus précises sont venues au fur et mesure, je n'ai rien caché sur la façon dont çà s'est passé, en evitant de m'attarder sur les détails, et en ce qui concerne les raisons de son acte, je leur ai soumis mes pensées sur le sujet mais en insistant sur le fait que c'était SON choix et que nous ny étions pour rien
6 mois après je ne regrette rien, tout a été beaucoup plus facile pour eux ainsi
jamais de mensonge, mais des explications claires avec leurs mots à eux, et en reparler souvent...
#12
Ouff...dure souvenirs pour moi cette journée du 30 juillet 2007...Mon conjoint Steeven est décédé subitement à son travail vers 15h .Nous avons ensemble 3 enfants âgé à l'époque de 7,5 et 1 an et demi... C'est les vacances d'été et les 3 enfants sont chez leur tante,Ils se font gardés là bas...Moi je me rends à l'hôpital et constate rendue là bas le décès de mon conjoint!!!! je suis en état de choc!!!! Pas capable de me souvenirs d'aucun numéro de téléphone pour joindre ma famille... Donc , plusieurs heures plus tard ma famille et la famille de Steeven arrivent .Les enfants sont toujours chez leur tante et dorment là bas .Ils ne savent pas encore. Cette nuit là, nous sommes tous allé chez ma belle soeur .Nous avons pleurés ensemble et au petit matin lorsque les enfants se sont réveillés, il fallait leur dire!!!! Tellement difficile à annoncer!!!! Mon plus vieux a beaucoup pleuré il ne le croyait pas vraiment.J'ai réveillé ma petite fille de 5 ans ce matin la pour lui dire que j'avais quelque chose à lui dire... Ton papa est parti au ciel!!! ''Maman pourquoi tu me réveilles pour me dire cela????'' et aujourd'hui encore elle se souvient de ce matin terrible!!! Ce mauvais réveil!!!! Mon bébé à été mon rayon de soleil...
Ils ont tous les trois été présent aux rites funèbres(salon et cérémonie) Ils ont vu leur papa dans le cerceuil ils lui ont tous donn. un bec. Je ne regrette rien de tout cela...C'est tellemnt important que les enfants puissent être présent pour vraiment ''réalisé'' l'inimaginable!!!!
#13
Le premier réflexe semble être celui d'épargner les enfants pensant ainsi les protéger.
C'est humain d'autant plus qu'un décès génére un tsunami d'émotions, sans parler du chagrin. Ma fille de 12 ans qui était très proche de sa mamie, a toujours été tenu au courant du développement fulgurant du cancer de sa mamie. Je venais voir maman tous les jours à l'hôpital. Sa fin proche ne faisait aucun doute aussi dans mes conversations avec ma fille durant la maladie, j'avais mis l'accent sur tout ce que j'essayais d'apporter à sa mamie en attention et en amour. Elle s'était donc faite à l'idée de perdre dans un futur très proche sa chère grand-mère.

Etrangement, au moment de la mise en bière de maman, une étape que je redoutais particulièrement eu égard aux enfants, tout s'est passé avec le plus de naturel possible. Parce que mes petits neveux de 6 ans et 4 ans étaient présents, ma fille qui hésitait à voir maman, s'est finalement jointe de sa propre volonté aux adultes pour pouvoir lui adresser un dernier adieu et déposer un dessin dans le cercueil. Ainsi, les enfants ont 'vu' et ont pu rendre hommage à leur manière.
Si la cérémonie de l'enterrement a été très éprouvante, je garde néanmoins un souvenir apaisant de l'étape de la mise en bière parce toute la famille était réunie dans l'intimité autour de maman.
Le contre-coup du décès de maman s'est fait ressentir comme pour tout un chacun. Nous avons pleuré ensemble (ma fille se l'interdisait) et depuis j'évoque la vie de sa grand-mère par des anecdotes ici et là, parce qu'une personne disparue continue de vivre dans le coeur à jamais. Coeur
#14
Pour ma part, je n'ai pas pu retenir l'annonce.
Je suis revenue de l'hopital, en soirée,après un interminable voyage en ambulance à ses cotés. Il est décédé dans l'ambulance en direction de l'hopital.
Donc je suis revenue à la maison et je crois que par mon regard , ils ont deviné qu'il ne reviendrait plus. Nous avons pleurer longement dans les bras des uns , des autres.
Nous avons dormi ???ensemble, 3 dans le même lit, colés colés.
Les jours suivants ont été difficiles...mais avec le temps, revient un semblant de vie normale.
#15
Je suis pour dire la vérité aux enfants, même si elle est dure à entendre. Ma tante a perdu il y a 30 ans de cela son fils noyé dans une piscine. Elle a voulu protéger ses autres enfants en leur cachant la vérité, et ils l'ont apprise bien plus tard de la bouche d'autres personnes. Aujourd'hui ils en veulent encore à leur mère, qui la pauvre pensait bien faire.
Dans mon cas, la vérité a été très difficile à expliquer à mes enfants, le responsable de la mort de ma fille étant leur grand-père, MON père. Il a reculé sur elle avec son 4X4 alors qu'il effectuait une marche-arrière, Anne avait 18 mois.
J'avais alors 2 autres enfants, Alexandre 9 ans et Margaux 7 ans, et j'étais enceinte de mon quatrième, ma petite Sophie qui a aujourd'hui 2 ans et demi. Mes deux aînés n'étaient pas là le matin de l'accident, ils dormaient (Dieu merci) chez ma belle-soeur. A l'annonce du drame, cette dernière les a tout de suite ramenés chez nous, et c'est mon mari qui leur a appris l'horrible nouvelle. Mais sans le pourquoi du comment, ils étaient trop effondrés, on voulait attendre un peu avant d'expliquer ce qui s'était passé. Les pauvres, quand j'y repense... Ils aimaient tellement leur petite soeur Larmes Bleues
C'est après l'enterrement que nous avons décidé de leur dire la vérité, non pas qu'Anne était morte en se cognant comme nous le leur avions d'abord dit, mais renversée par la voiture de leur grand-père. En faisant cela, nous n'avons JAMAIS voulu faire du mal à mon papa, il souffrait déjà suffisamment, en faisant cela nous voulions juste leur dire la vérité, ils devaient savoir. Vivre dans le mensonge et les cachoteries aurait j'en suis sûre empiré les choses. Mais je vous avoue que j'ai manqué de courage, comment dire une telle chose ? Comment dire à deux enfants qui adoraient leur petite soeur la façon atroce dont cette dernière avait succombé ?
Finalement mon père m'a dit que c'était à lui de leur dire la vérité, qu'il la leur devait. Et il l'a fait, et nous avons découvert mon mari et moi une grande force d'amour chez nos enfants. Vous savez ce qu'ils ont répondu à leur grand-père ? 'Grand-papa, c'est pas ta faute, tu l'as pas fait exprès'. Depuis s'est développée entre Alex, Margaux et leur grand-père une très grande complicité. Nous traversons un deuil très douloureux mais nous savons que nous nous faisons confiance mutuellement, que nous pouvons nous parler. Je n'ai jamais regretté que mes enfants aient su la vérité, car une fois retournés à l'école leurs 'copains' sont venus leur balancer 'Alors, il paraît que ton grand-père a écrasé ta petite soeur ?'. Vous imaginez les ravages que cela aurait pu produire si on ne leur avait rien dit, si on leur avait caché la vérité.
#16
Forence,

Tu as raison ! même si la vérité est difficile, parfois incompréhensible... même les enfants sont en droit de la connaitre !
Je travaille dans un service où parfois de lourds secrets de famille sont tûs... quels ravages...
Bien sur que ton papa est responsable mais pas coupable.
C'est la force de votre amour, de son propre amour pour ses petits enfants qui vous aidera encore à cheminer.
Je t'embrasse fort mon amie ainsi que des 3 loulous qui ont du bien grandir.
Une pensée pour ta petite Anne,

Isabelle Bisou
#17
JE SUIS LA MAMAN DE TROIS ENFANTS âgés de 20, 17 et 13ANS;

En février 2010, leur papa ( mon ex mari) a été diagnostiqué pour un cancer et nous avons pris la décision de ne pas mentir à nos enfants.
Le 4 juillet 2011, leur papa est décédé des suites de sa maladie.
Le 2 juillet 2011, leur papa a dit aurevoir a chacun de nos enfants.
Et même si leur papa a eu le temps de leur dire aurevoir, même si la douleur est là,
je pense qu il est important de ne pas mentir aux enfants en adaptant les mots.
#18
Il y a 5 semaines, j'annonçais à mes enfants le décès, le suicide de leur papa...(accusation à tort sur lieu de travail)...la vie s'est arrêtée il y a 5 semaines...nous avançons, mes enfants avancent...mais leur souffrance m'est insupportable.
#19
En mars 2008, on apprend que mon fils Nolann qui vient d'avoir 4 ans a le cancer. Nous ne lui avons jamais menti et jamais rien caché. Certains disent que ça aurait été mieux de ne rien lui dire, lui laisser de l'espoir. Mais nous ne lui avons jamais enlevé l'espoir. Nous-mêmes nous en étions remplis jusqu'au dernier souffle de mon bébé le 18 décembre 2010. Et puis il comprenait tout. A l'hôpital il s'est fait des tas de copains/copines. C'est pas comme à l'école, car malheureusement à l'hôpital, ils sont nombreux à rejoindre les Anges. Au début j'avais du mal à le dire à mon fils, il était petit et c'était tellement insupportable, inhumain que de voir autant d'enfants s'en aller. Je crois que mon fils l'acceptait mieux que moi. Quand un de ses copains s'en allait, j'expliquais à mon fils qu'il était parti rejoindre les anges, dans un autre monde. Au ciel, dans les étoiles car il était trop fatigué avec la maladie. Je lui disais que là-haut, son copain en avait fini avec la maladie et qu'il n'avait plus mal. Je lui disais aussi toujours que quand quelqu'un s'en va, on n'oublie pas cette personne et qu'on la garde bien au chaud dans notre c?ur ainsi que tous les souvenirs.
A chaque fois que mon fils perdait un copain ou une copine de combat, il disait qu'ils étaient partis "entre les étoiles et l'arc-en-ciel".

Ma fille a donc également vu beaucoup d'enfants s'en aller et je lui disais la même chose qu'à Nolann. Pas de mensonge, pas de "il est rentré à la maison" mais simplement qu'il nous a quittés et qu'il ne souffre plus.
Quand mon fils vivait ses dernieres semaines nous étions tous au courant de l'injuste issue de son destin. Mais malgré tout ça nous n'avons pas perdu espoir, nous n'avons jamais dit aux enfants que tout était perdu et nous ne l'avons jamais pensé. Nous leur avons toujours dit qu'on allait tout faire jusqu'au bout, se battre encore et encore tous les 4, et surtout nous leur avons dit des milliards de fois à quel point nous les aimions et que cet amour ne disparaîtra jamais, jamais...
Ma fille a passé beaucoup de temps avec son frère lors de ses derniers jours de vie, et lorsqu'il nous a quittés on lui a dit qu'il était parti, mais nous lui avons également dit qu'on allait être là pour elle et que nous allions devoir être forts tous les 3 pour continuer. Elle est venue aux obsèques de son frère, malgré que ce soit son frère nous lui avions quand même laissé le choix car c'est "traumatisant".
Et quand mes parents sont partis, elle a voulu également être présente pour les obsèques.

Tous ces souvenirs qui font si mal.... Douce pensée à vos anges

Émilie
#20
Double Coeur Double Coeur Double Coeur Double Coeur
  


Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet :
1 visiteur(s)